Semeurs de graines

Dis Paule, tu t’es pas trompé dans le titre ou fais une erreur de classement dans tes catégories ?

Oula oula… attends. Moi le jardin c’est pas mon truc. Je t’arrête de suite !

Hihi tu vas nous dire comment on fait les bébés ?

 

Salut tout le monde ! Revoici pour quelques lignes encore, votre schizophrène préférée ! Ou  maintenant que j’ai vu Split, je pourrais aussi parler de troubles dissociatifs de l’identité.
Passons.
Je fais peut-être parler des personnages imaginaires mais je ne suis pas encore sur le point de me transformer en « beast » rassurez vous et de plus ce n’est pas du tout mon propos d’aujourd’hui.

Non, aujourd’hui je pensais plutôt parler de toutes ses graines que nous semons tous chaque jour, derrière nous, sans forcément en prendre conscience.

Moi même, je me suis rendu compte de cela que très récemment avec mon livre notamment.

Alors qu’il est toujours compliqué de se motiver à rentrer en action, surtout lorsque vous êtes seule comme c’est mon cas, vous vous apercevez que les choses avancent malgré tout.

Attention, je ne vais pas faire l’apologie de la procrastination ici ! Loin de là, mon intention. Mais le fait est, que si vous semez régulièrement des graines vous aurez de fortes chances de voir l’univers se mettre en mouvement pour vous. 

Bonnes graines

Comme direz nos chers philosophes, j’ai nommé Les Inconnus : « aaaaah il y a les bons chasseurs et les bons chasseurs quoi ! ». A savoir il y a graines et graines.

Soit vous décidez de semer des graines bio, non modifiées, soit vous décidez de semer des hybrides qui finiront par donner des plantes dégénérées, malades, moches et dégueu !

Chacun son truc. Mais personnellement la première solution me fait plus spontanément envie pas vous ?

Ce qui arrive donc, lorsque vous semez des bonnes graines, c’est que vous vous retrouvez avec un paquet d’avantages par la suite. Vous avez une belle plante, robuste et goûteuse pour peu que vous continuez à entretenir un tant soit peu celle ci, en lui prodiguant quelques soins.

Je constate aujourd’hui que cela fonctionne parfaitement dans ma vie. Après ce passage difficile d’écriture de mon dernier gros chapitre, j’ai beaucoup de mal à relancer la machine alors que je sais que je dois poursuivre mes efforts. Alors quotidiennement, je m’efforce de semer de bonnes graines, pour ce livre et pour moi personnellement.

Une petite action par jour. Un pas après l’autre.

Si vous vous brossez les dents tous les jours, après chaque repas et au moins pendant 3 minutes à chaque fois et évitez les sucreries : Oui vous agissez pour vous avec ces petites actions et avez toutes les chances d’avoir un sourire étincelant, dépourvu de caries… 

Alors c’est cool, cependant j’ai remarqué que les graines les plus efficaces sont celles dirigées vers les autres.

Je me dis régulièrement que j’ai énormément de chance dans la vie, mais après discussion avec mon amoureux (avec qui je discute beaucoup de plein trucs hyper intéressants) que finalement je récoltais quelques part, le fruit de mes petites graines semées il y a des jours, semaines, mois et années auparavant, de façon régulière.

Comme pour les graines, le temps de germination varie en fonction des variétés.  Parfois cela n’aura nécessité que quelques minutes de votre temps pour que vous en tiriez un bénéfice et parfois cela vous aura demandé des mois d’attention. Peut importe, tôt ou tard cela vous revient au moment opportun.

Une sorte d’ordre dans un désordre apparent.

Si le semis avorte pas de craintes, le fait même d’avoir fait le geste du semeur vous est profitable. Vous avez travaillé votre condition physique, habitué votre corps au geste afin de le rendre de plus en plus précis ! Tôt ou tard les amis… tôt ou tard.

L'effet choc :

L’environnement, les variétés jouent donc sur la prise de la graine où pas.

Pour certaines, il faut aussi des conditions très particulières autres que le temps, l’apport d’eau, l’ensoleillement, la qualité du sol… il leurs faut pour certaines un choc thermique ! Vous savez comme les feux de savane qui déclenchent la germination des graines d’eucalyptus par exemple !

Vous pouvez vivre pépère et puis un jour un bouleversement dans votre vie vous amène à agir totalement différemment, à voir le monde autrement. Vous récoltez un fruit de ce choc, dont vous n’espériez peut être plus rien de bon.

C’est l’effet de surprise, la magie de la vie. Ou pour ceux nés dans les années 80 comme moi, « le deuxième effet kisscool« .

Conditions du semis :

Dernier point et non des moindres de cette analyse de graines : l’intention portée.

Autre chose à laquelle certains adhérons moins car plus cartésiens :

L’Univers parle pour vous si vous agissez quotidiennement, avec sincérité.

Sincérité et bienveillance est un gros plus mais sincérité c’est déjà pas mal je pense.

Peut être quand même un : sincérité et réflexion ? Bon ok. Faites comme vous le sentez ! rrrrr…

Personnellement c’est sans doute le point qui me tient le plus à cœur. Faire les choses avec le plus de sincérité possible. Pas toujours simple surtout lorsqu’il y a divergence d’opinion sur l’action à mener. J’ai eu la chance de pouvoir échanger avec beaucoup de personnes lorsque je formais. Ce que j’espère qu’elle ont retenues avant tout c’est  cela.

La sincérité paie toujours. Qu’elle déplaise à certains ou pas. Si elle déplait à d’autres,  elle vous reste profitable. Vous restez en accord avec vous mêmes, vos valeurs et l’image que vous avez du monde de demain.

Sincérité ne veut pas dire con borné absolu ! D’où l’idée d’y associer bienveillance et réflexion. Bienveillance pour soi, pour les autres.

Pas toujours simple d’être sincère. Pour ne pas agir sous le coup des émotions, les championnes de la rapidité en matière de prises de décisions idiotes et comportements exagérés, se laisser le temps à la réflexion et l’échange est la meilleure solution que j’ai trouvé pour le moment.

A beaux semis, belles plantes

Pour mon livre concrètement je reçois tous les jours des mails, messages qui apportent malgré moi des briques à mon édifice.

J’ai semé des graines, en postant des messages, en envoyant des questionnaires il y a plusieurs mois et cela me revient alors que je pense être de nouveau dans un creux de vague.
Un coup de coude pour me dire :

« eh oh ! tu bouges ou quoi ?
Je te rappelle que les plantes vont pas s’arroser toutes seules hein ! « 

Autre fait plus intéressant à mes yeux, c’est que je prends conscience que je reçois des aides de personnes auxquelles je ne m’attends pas forcément mais que j’ai pu aider peut être à ma manière hier (des graines en dormance).

L’univers s’organise donc en notre faveur si l’on sème avec sincérité, sans calculs, tout au long de sa vie, sans négliger aucuns des terrains possibles ou de la multitudes de graines existantes.

Mon livre avance donc quoiqu’il arrive et je continue chaque jour mon job de semeuse de graines pour un demain meilleur.

Vous avez sans  doute semé des graines vous aussi ?

Si ça vous dit de partager vos retours d’expériences, n’hésitez pas à laisser un commentaire en dessous !

  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprendre à écrire

Avant toute chose, je tenais à vous remercier pour tous vos messages privés ou publics que j’ai reçu en retour de mon article intitulé « intro« .
Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore lu, je vous invite à le faire afin d’y voir un peu de cohérence dans mes propos à venir.

Semaine de canicule annoncée en ce début d’été 2019.
J’y vois encore une belle opportunité pour écrire, soit à la fraicheur du petit matin après mon temps de miracle morning, soit en journée dans la pénombre de mon appartement, les nus pieds, posés sur le sol frais.

Pour mon livre j’ai demandé à deux personnes qui ont disons, un très bon « niveau scolaire » de me servir de relecteurs.  Même si je ne suis pas une adepte de cette mise en boite, je tenais à souligner leurs compétences. Ils sont certes bien plus que cela et leur impartialité est également un des nombreux autres éléments, qui m’a conduit à leur demander leur aide. J’en profite pour les remercier encore une fois d’ailleurs !
Vous êtes formidables et d’une patience absolue.

Je pense vraiment avoir fait le bon choix en leur demandant leur aide. Pourquoi ? Parce qu’il sont totalement étranger au domaine concerné par le livre et comme mon souhait et celui de mon éditrice, est avant tout, de pouvoir sensibiliser le plus de monde, c’est parfait. Si je déraille et pars dans mes délires de « petite » experte, le retour est sans ambiguïté. C’est formidable. J’ai beaucoup de chance. Je me dis qu’il faut redescendre de mon nuage et être encore plus claire dans mes explications.

Entre savoir et savoir transmettre, il peut y avoir un fossé. Entre vivre les choses et les rendre ré-exploitables par d’autres, là encore rien de facile. Toutefois, je suis le genre de personne qui croit profondément au pouvoir des choses simples et à la difficulté accrue de « faire simple ».

Je pense à Steve Jobs et son environnement minimaliste. Environnement qui lui permettait entre autres, de se libérer de l’espace dans son esprit.
Je m’exécute moi aussi et mets de l’ordre dans mon bordel.
Essayez vous aussi ! Faites un bon nettoyage, tri sur votre bureau, vous verrez à quel point vous aurez le sentiment d’être libérer d’un poids !
En regardant les détails de mon MAC je me dis : 
« punaise ! Je comprends pourquoi ce mec à marqué notre siècle ! »
Rien de superflu. Apparence et design sobres ce qui en fait un produit d’un esthétique fou et plutôt intuitif. C’est aussi ce qui fait que des millions de personnes sont totalement accrocs des produits Apple (en dehors de toute tentative d’une certaine reconnaissance sociale !).
Je ne suis pas là pour faire l’apologie des produits Apple car je connais également le côté obscur de la force !!!

Pour revenir sur la simplicité voici une phrase du polymathe Leonardo Da Vinci que j’affectionne tout particulièrement :

« La simplicité est la sophistication suprême. »

C’est tellement ça !

Écrire m’amène donc à clarifier mes pensées et à simplifier mes propos. Non pas par arrogance mais dans le but de faire quelque chose d’apprécié et de ré appropriable par chacun.

Le fait est que, écrire apporte d’autres avantages que celui de clarifier ses pensées.

Connaissez vous beaucoup de personnes qui écrivent vraiment tous les jours ou durant plusieurs heures par semaine en dehors de leur temps de travail ? Qui prennent un bloc note ou leur ordi et mettent à plat leur idées, pensées, ressentis… ?

Depuis la création de ce premier blog et le début de mon écriture sur mon livre, j’ai constaté le côté addictif de l’écriture.

Moi qui était une nullité en orthographe durant ma scolarité, avec une tendance à la dyslexie, je constate avec étonnement à quel point le fait d’écrire régulièrement me permet de m’améliorer considérablement sur ce point.
Je suis encore loin de Pivot et de sa dictée et n’espère pas obtenir le dixième de génie de Victor Hugo, mais j’ai été la première surprise dans cette affaire.

Écrire permet d’apprendre à écrire et avec plaisir !

« Écrire ne veut pas dire être pertinent ou intéressant ! »

« Tu peux penser être clair mais que ce soit une vraie pelote de laine pour les autres ! »

 

Aaaaaah mais petits haters… comme je vous aime. Vous apportez vous aussi tellement à ma vie…

Force est de constater que oui, les haters ont marqués un point.

Écrire est à la fois un processus profondément égoïste voir nombriliste, et altruiste à la fois.

Lorsque j’écris, j’écris donc pour moi, pour mon amélioration personnelle tout en espérant pouvoir toucher l’autre.

Il y a certainement une tentative de revalorisation de mon ego également ! Rare sont ceux qui font quoique ce soit par pur altruisme et amour de son prochain non ?

Lorsque je fais un gâteau à mes enfants, je le fais en pesant leur faire plaisir mais aussi pour me « prouver » en quelque sorte que je suis une « bonne » mère pour eux, non ?

Lorsque vous passez du temps auprès de votre grand mère, c’est certes par ce que vous l’aimez mais aussi quelque part pour vous réconforter et vous déculpabiliser de ne pas venir aussi souvent qu’un « bon » petit fils ou qu’une « bonne » petite fille le ferait, non ?

Lorsque l’on donne une pièce à un SDF, c’est certes un geste charitable et honorable mais c’est aussi un moyen de valoriser l’estime que l’on a pour soi même, non ?

Ouuuuuh je sens, la polémique arriver…

Oui, oui ! Des échanges, des haters, de la REFLEXION ! J’adore et cela pourra même nous stimuler à écrire d’avantage !

Car même si l’écriture peut paraître comme un processus solitaire, elle nous permet de nous épanouir intellectuellement personnellement et collectivement par la réflexion qu’elle nécessite en amont et par la suite, après lecture et discussion.

Faire appel à d’autres personnes pour la relecture ou pour des conseils et retours d’expériences fait, de l’écriture un moyen d’émulation, collectif !

Mais est ce mal de flatter son ego ? Est ce que cela ne peut être positif ? Peut importe du succès ou non de mon livre. Mon ego sera avant tout flatter par le fait même que j’ai trouvé les ressources nécessaires internes et externes pour écrire tout bonnement ce livre !
Cela suffit à mon ego.
Il n’est pas si gourmand que cela. (du moins je l’espère !)
S’il devenait trop con, je vous charge de m’en faire part svp.

Si je résume :

Faire simple n’est pas simple.

Écrire simplement nécessite une clarification pas spécialement spontanée, de mes pensées.

Écrire favorise mon développement personnel.

Écrire est un processus égocentriste.

Écrire est un processus altruiste.

Écrire est un formidable outil pour les échanges et la transmission mutuelle.

Écrire peut servir le « bien » comme le « mal« .

Avoir un regard extérieur sur mon travail d’écriture est un bon moyen de rester humble et terre à terre.

Écrire renforce le sentiment d’utilité.

A vous de jouez :

Et vous, vous écrivez ? Depuis combien de temps ? Sur un carnet, dans le train, dans votre lit… ?

Depuis 2 minutes ? Des années ?

Qu’est ce que l’écriture vous apporte ?

Passez à l’action et laissez vos commentaires en dessous.

Écrire sera un bon moyen de rendre ce blog vivant !

1, 2, 3 à vos claviers…

PARTEZ !