Nous sommes ce que nous mangeons J.Goodall

Non mais ça vous donne pas envie ça ? Des bonnes fraises du jardin, et ce bleu, des fleurs de bourrache…
la couleur des unes met en valeur celle des autres.

Sur ce blog, pas de recette de blanquette de veau, pied de cochon pané ou tartare de saumon, non.

On parle ensemble, de fruits, légumes, graines, oléagineux, superaliments, jus et autres gros mots en tout genre.

Je referai sans doute le point sur certains termes connus et moins connus, car :

« Si tout végétalien a du végétarien en lui, il n’en est pas pour autant végan ! »

Hihihihi … je sens que ça fume déjà…

« qu’est ce qu’elle raconte là ? »

Parce que beaucoup me diront, « mais oui on saiiiiit… » mais j’ai pas mal d’anecdotes là dessus (avec des personnes qui savent).

En voici une :
Je vais pour déjeuner avec une directrice d’établissement de soins. Arrivés au restaurant de l’établissement elle me dit que ce midi il y a du rôti de boeuf et me demande si cela me convient.

Ce à quoi je lui répond gentiment, que je ne mange pas d’animaux mais que je me contenterai de la garniture sans sauce.

Tout de go elle me rétorque :
« pas de souci, si tu veux je demande au cuisinier une tranche de jambon!« …………………..

Je vous laisse imaginer la tête qu’elle a fait lorsque je lui ai « annoncé » que  : oui le cochon est un animal !! 
Confuse elle a vite repris notre conversation de boulot.

Tout ça pour dire, que nous ne conscientisons plus vraiment malheureusement, ce que nous ingurgitons, son origine et tous les impacts que cela peut avoir d’une manière générale.

Personnellement, je n’ai pas du tout évolué dans une ambiance antiviandiardiste (ne cherchez pas, j’invente des mots qui sont pas dans le dico).

J’avoue !!! j‘ai mangé de la chair animale, de la bête qui vole, qui court, qui nage ou marche… même des sauteuses et des rampantes…

J’avouuuuuuue touuuuuut…. mouiiiiiiin.

Bon, mais ça va hein, je suis en plein repentir à présent. Je n’ai pas encore créé d’association pour les anciens consommateurs de chair fraiche anonymes mais ça reste une idée.

Pour revenir à nos « moutons », cela fait maintenant, près de 3 ans que je suis végétarienne.

GROSSE prise de conscience par rapport au fait que mes propos ne collaient pas avec mes actes, que mon empathie pour les animaux s’arrêtait comme le dit, à juste titre, Mathieu Ricard, au bord de notre assiette.

Mais pas que…

Est venu se greffer, les notions :

  • d’écologie
  • de partage des ressources entre humains
  • de gaspillage des richesses de la Terre
  • de santé par l’assiette
  • de lutte contre la malbouffe et ceux qui s’en mettent plein les poches sur notre dos
  • de respect et de défense des animaux comme êtres doués de sensibilité
  • de respect de la dignité humaine
  • d’économie dans le budget familial
  • de contrôle sur ma vie
  • de projection sur le monde de demain

    Plutôt qu’un changement radical beaucoup trop contraignant, je pense qu’il vaut mieux cheminer progressivement dans ses valeurs, puis dans ses actes.

    Le risque de vouloir changer tout, du jour au lendemain, c’est un GROS ras le bol et au final faire bien pire qu’avant.

Sans compter que tout changement d’alimentation, implique des adaptations dans votre vie au quotidien et en tout premier lieu dans  votre cuisine.

Il faut aussi s’attendre à une majorité d’incompréhensions de la part de votre entourage, même si cela devient de plus en plus commun (il reste du boulot).

Tout mode de prosélytisme hargneux est totalement infructueux à mon sens.

Tout changement ne peut  se produire qu’à la condition où VOUS êtes prêt  et si vous avez bien réfléchi  à votre vie, votre œuvre !

Ceux qui sont convaincus qu’ils n’ont rien à modifier dans leur alimentation, qu’ils apportent vraiment le meilleur à leur corps, qu’ils sont en pleine forme comme ça et que bon, la planète, les Hommes et les animaux on s’en fout un peu, voir beaucoup…  Je pense qu’un site de chasse, pêche et nature vous conviendra mieux.

Pour les autres qui ne s’y retrouve pas ou plus, (y compris ceux qui ont un abonnement à chasse, pêche et nature), bienvenue !

Vous trouverez sans doute sur ce blog des moyens simples de faire avancer le schmilblick.

 

2 réponses sur “Nous sommes ce que nous mangeons J.Goodall”

  1. Ça y est j’ai des envies de fraises…
    Noooon, j’espère ne pas être enceint!
    J’ai quand même envie de fraises!
    Paule est-ce que c’est de saison que je puisse en prendre l’esprit tranquille ?

Laissez un commentaire