Apprendre à écrire

Avant toute chose, je tenais à vous remercier pour tous vos messages privés ou publics que j’ai reçu en retour de mon article intitulé « intro« .
Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore lu, je vous invite à le faire afin d’y voir un peu de cohérence dans mes propos à venir.

Semaine de canicule annoncée en ce début d’été 2019.
J’y vois encore une belle opportunité pour écrire, soit à la fraicheur du petit matin après mon temps de miracle morning, soit en journée dans la pénombre de mon appartement, les nus pieds, posés sur le sol frais.

Pour mon livre j’ai demandé à deux personnes qui ont disons, un très bon « niveau scolaire » de me servir de relecteurs.  Même si je ne suis pas une adepte de cette mise en boite, je tenais à souligner leurs compétences. Ils sont certes bien plus que cela et leur impartialité est également un des nombreux autres éléments, qui m’a conduit à leur demander leur aide. J’en profite pour les remercier encore une fois d’ailleurs !
Vous êtes formidables et d’une patience absolue.

Je pense vraiment avoir fait le bon choix en leur demandant leur aide. Pourquoi ? Parce qu’il sont totalement étranger au domaine concerné par le livre et comme mon souhait et celui de mon éditrice, est avant tout, de pouvoir sensibiliser le plus de monde, c’est parfait. Si je déraille et pars dans mes délires de « petite » experte, le retour est sans ambiguïté. C’est formidable. J’ai beaucoup de chance. Je me dis qu’il faut redescendre de mon nuage et être encore plus claire dans mes explications.

Entre savoir et savoir transmettre, il peut y avoir un fossé. Entre vivre les choses et les rendre ré-exploitables par d’autres, là encore rien de facile. Toutefois, je suis le genre de personne qui croit profondément au pouvoir des choses simples et à la difficulté accrue de « faire simple ».

Je pense à Steve Jobs et son environnement minimaliste. Environnement qui lui permettait entre autres, de se libérer de l’espace dans son esprit.
Je m’exécute moi aussi et mets de l’ordre dans mon bordel.
Essayez vous aussi ! Faites un bon nettoyage, tri sur votre bureau, vous verrez à quel point vous aurez le sentiment d’être libérer d’un poids !
En regardant les détails de mon MAC je me dis : 
« punaise ! Je comprends pourquoi ce mec à marqué notre siècle ! »
Rien de superflu. Apparence et design sobres ce qui en fait un produit d’un esthétique fou et plutôt intuitif. C’est aussi ce qui fait que des millions de personnes sont totalement accrocs des produits Apple (en dehors de toute tentative d’une certaine reconnaissance sociale !).
Je ne suis pas là pour faire l’apologie des produits Apple car je connais également le côté obscur de la force !!!

Pour revenir sur la simplicité voici une phrase du polymathe Leonardo Da Vinci que j’affectionne tout particulièrement :

« La simplicité est la sophistication suprême. »

C’est tellement ça !

Écrire m’amène donc à clarifier mes pensées et à simplifier mes propos. Non pas par arrogance mais dans le but de faire quelque chose d’apprécié et de ré appropriable par chacun.

Le fait est que, écrire apporte d’autres avantages que celui de clarifier ses pensées.

Connaissez vous beaucoup de personnes qui écrivent vraiment tous les jours ou durant plusieurs heures par semaine en dehors de leur temps de travail ? Qui prennent un bloc note ou leur ordi et mettent à plat leur idées, pensées, ressentis… ?

Depuis la création de ce premier blog et le début de mon écriture sur mon livre, j’ai constaté le côté addictif de l’écriture.

Moi qui était une nullité en orthographe durant ma scolarité, avec une tendance à la dyslexie, je constate avec étonnement à quel point le fait d’écrire régulièrement me permet de m’améliorer considérablement sur ce point.
Je suis encore loin de Pivot et de sa dictée et n’espère pas obtenir le dixième de génie de Victor Hugo, mais j’ai été la première surprise dans cette affaire.

Écrire permet d’apprendre à écrire et avec plaisir !

« Écrire ne veut pas dire être pertinent ou intéressant ! »

« Tu peux penser être clair mais que ce soit une vraie pelote de laine pour les autres ! »

 

Aaaaaah mais petits haters… comme je vous aime. Vous apportez vous aussi tellement à ma vie…

Force est de constater que oui, les haters ont marqués un point.

Écrire est à la fois un processus profondément égoïste voir nombriliste, et altruiste à la fois.

Lorsque j’écris, j’écris donc pour moi, pour mon amélioration personnelle tout en espérant pouvoir toucher l’autre.

Il y a certainement une tentative de revalorisation de mon ego également ! Rare sont ceux qui font quoique ce soit par pur altruisme et amour de son prochain non ?

Lorsque je fais un gâteau à mes enfants, je le fais en pesant leur faire plaisir mais aussi pour me « prouver » en quelque sorte que je suis une « bonne » mère pour eux, non ?

Lorsque vous passez du temps auprès de votre grand mère, c’est certes par ce que vous l’aimez mais aussi quelque part pour vous réconforter et vous déculpabiliser de ne pas venir aussi souvent qu’un « bon » petit fils ou qu’une « bonne » petite fille le ferait, non ?

Lorsque l’on donne une pièce à un SDF, c’est certes un geste charitable et honorable mais c’est aussi un moyen de valoriser l’estime que l’on a pour soi même, non ?

Ouuuuuh je sens, la polémique arriver…

Oui, oui ! Des échanges, des haters, de la REFLEXION ! J’adore et cela pourra même nous stimuler à écrire d’avantage !

Car même si l’écriture peut paraître comme un processus solitaire, elle nous permet de nous épanouir intellectuellement personnellement et collectivement par la réflexion qu’elle nécessite en amont et par la suite, après lecture et discussion.

Faire appel à d’autres personnes pour la relecture ou pour des conseils et retours d’expériences fait, de l’écriture un moyen d’émulation, collectif !

Mais est ce mal de flatter son ego ? Est ce que cela ne peut être positif ? Peut importe du succès ou non de mon livre. Mon ego sera avant tout flatter par le fait même que j’ai trouvé les ressources nécessaires internes et externes pour écrire tout bonnement ce livre !
Cela suffit à mon ego.
Il n’est pas si gourmand que cela. (du moins je l’espère !)
S’il devenait trop con, je vous charge de m’en faire part svp.

Si je résume :

Faire simple n’est pas simple.

Écrire simplement nécessite une clarification pas spécialement spontanée, de mes pensées.

Écrire favorise mon développement personnel.

Écrire est un processus égocentriste.

Écrire est un processus altruiste.

Écrire est un formidable outil pour les échanges et la transmission mutuelle.

Écrire peut servir le « bien » comme le « mal« .

Avoir un regard extérieur sur mon travail d’écriture est un bon moyen de rester humble et terre à terre.

Écrire renforce le sentiment d’utilité.

A vous de jouez :

Et vous, vous écrivez ? Depuis combien de temps ? Sur un carnet, dans le train, dans votre lit… ?

Depuis 2 minutes ? Des années ?

Qu’est ce que l’écriture vous apporte ?

Passez à l’action et laissez vos commentaires en dessous.

Écrire sera un bon moyen de rendre ce blog vivant !

1, 2, 3 à vos claviers…

PARTEZ !

  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Intro

Article particulier aujourd’hui. Je me suis posée la question plus d’une fois avant de savoir quelle décision prendre, puis de nouvelles connaissances arrivant à moi, je me suis décidée à communiquer avec vous sur un projet qui me tient à cœur depuis longtemps et qui prend forme jour après jour.

Ceux qui ont lu mon article sur le Miracle Morning avaient peut être relevé l’info. Il m’est avis cependant, que la plupart d’entre vous, n’avez pas fait gaffe.

Je suis en train d’écrire un livre pour une maison d’édition relativement connue chez les amoureux du jardinage.

Pourquoi partagé cela ? Tout simplement parce que ce blog avait pour vocation de vous faire partager ma vie et mon évolution en tant que femme libre, autodidacte et maman solo de deux enfants.

Mon souhait au travers ce blog, est de rendre la vie des gens plus joyeuse, en leur montrant que bien des choses sont possibles, si l’on s’en donne les moyens et que l’on affronte ses peurs.

Lorsque j’ai quitté mon poste d’infirmière coordinatrice, alors que j’étais en pleine démarche de divorce, je suis passée pour une inconsciente. Mon entourage pensait que je reprendrai rapidement le chemin qui était tout tracé pour moi (selon eux !) du métier d’infirmière.

Les jours ont passés et il se trouve que j’ai persisté à ne pas retourner dans cette case prédestinée (par qui au fait ? Qui prédestine les choses pour les gens ? Nos parents ? Le cursus scolaire qu’on a eu ? Notre catégorie sociale ? Environnement direct ? …) Il m’a fallu plus de 30 ans pour réaliser que finalement c’était peut être à moi de décider, de prendre les chemins que je souhaitais.

Je suis passée de « la fille qui part sur un coup de sang » à une nana qui devient totalement « irresponsable« .

« Le monde du travail c’est comme ça. La société est comme ça !!! Ravale ta fierté et tes valeurs et reste à ton travail voyons ! »

« Tu te rends compte avec tes enfants ? »

« Et comment tu vas faire ? »

« Tu devrais allez bosser en intérim ! « 

« Mais tu vas pas pouvoir partir en vacances avec tes enfants ? »

« Tu devrais arrêter le bio parce que c’est trop cher maintenant pour toi. »

« Comment tu fais pour vivre ? « 

« Tiens il cherche un infirmière en EHPAD… Tu devrais postuler ! »

Toutes ces remarques étaient certes faites avec bonne intention c’est certain, mais ça m’a conforté encore plus sur le fait que finalement j’étais très peu actrice de ma vie. On se laisse porter par les vagues successives et puis un jour on regarde en arrière et on se dit que bah, on recommencerait bien, histoire de pouvoir faire VRAIMENT ce que l’on souhaitait. Mais ça marche pas comme ça ! Vous êtes au courant ?

J’ai donc fait une chose HORRIBLE !!!! J’ai profité de mes acquis sociaux,  que j’avais payé en travaillant plus de dix ans dans le paramédicale.  En France, dire qu’on est chômeuse c’est presque devenu un gros mot, une honte.

J’ai fait avec moins sans renoncer à mon bio.

Les vacances se sont transformés en moment de joies plus réguliers, et qui ne se limitent pas à seulement quelques semaines par an. On devient imaginatif quand vous n’avez pas un rond ! J’aime à dire que de la nécessité nait la créativité.

C’est grâce à ma paupérisation que j’ai redécouvert les joies de moments partagés avec mes enfants, à vélo, en pique nique, dans les parcs, les forêts, au ciné de plein air, aux festivals gratuits, en faisant de nouveau plein de jeux extérieurs ou de société lors des mauvais jours.

Cette précarité m’a offert beaucoup de frayeurs certes mais tellement plus comme mère. Je me suis enrichi à moindre coût !

Les trois déménagements successifs que j’ai fait m’ont permis de me libérer d’une quantité incroyable d’objets, qui me suivaient sans que je sache vraiment pourquoi. En me désencombrant matériellement, je libérais mon esprit et laissais de la place pour la nouvelle Paule.

Je me suis lancée encore plus dans mes actions associatives, j’ai fait de nombreuses heures gratuites pour une entreprise qui est devenue par la suite mon employeur officiel. Mais là encore, on ne s’emballe pas. Je suis parti après quelques mois, ne me retrouvant plus du tout dans les valeurs qui étaient les miennes.

Pour rester cohérente avec la femme que je voulait devenir et celle que je pensais être vraiment au fond de moi, je me suis dit qu’il valait mieux renoncer de nouveau, à un emploi, qu’à ce que j’étais vraiment au fond de moi. Pas question de renoncer à mes valeurs pour un employeur.

J’ai perdu gros dans la bataille. Tout d’abord une personne que je pensais être mon ami depuis plus de 5 ans et qui en fait ne devait pas, à bien y réfléchir,  être un si bon ami, des collègues en qui j’avais confiance, un cadre de travail stimulant et beau.

J’ai abandonné ce que j’avais mis des années à construire.
Et vous savez quoi ? Eh bien si cela était à refaire je le referais !!

Comme pour mes déménagements, mon divorce, ma conversion religieuse, mon végétarisme, cela à fait un tri, un GROS tri, et j’ai pu voir qui était vraiment mes ami (e)s.

Depuis novembre 2019, j’ai le luxe d’être libre d’être la personne que je souhaite être et de faire ce que je souhaite vraiment pour moi, mon avenir, celui de mes enfants et pour les autres.

« Facile quand on est payé par les aides sociales ! »

« Heureusement que tu as le chômage, les allocations et la pension alimentaire ! »

« Sans ta famille tu serais à la rue! »

J’aime bien faire les commentaires des hateurs, ça me stimule encore plus.

Oui, je suis heureuse d’être en France et de pouvoir bénéficier des telles aides mais je défis quiconque de trouver un quelconque plaisir à rester ainsi !

Je préfère faire de ce temps, un temps positif pour moi plutôt que de le vivre uniquement comme une souffrance c’est tout. Voir l’opportunité plutôt que les emmerdes. Une question de verre d’eau à moitié plein où à moitié vide.

Revenons à nos moutons

Pour la petite histoire j’ai eu l’appel téléphonique de la personne qui deviendrait mon éditrice, 1H après ma rupture de contrat chez mon ancien employeur.

Quand je vous dis qu’il n’y a pas de hasard dans la vie.

J’ignorais totalement si celle-ci serait partante ou pas, de faire ce livre avec moi. Je n’ai jamais écrit de livre !

Je suis passée par le service email de la maison d’édition tout bêtement et j’ai dû mettre au plus trois phrases dans ce dernier.

A présent que j’ai pu échanger avec plusieurs connaissances qui sont auteurs, je prends conscience de la chance que j’ai eu. Trouver un éditeur est la chose la plus difficile selon eux. J’ai presque un peu honte à présent de parler de la facilité que j’ai eu…

La naïve qui se lance et qui réussi du premier coup alors que des personnes très compétentes galèrent.

Mais je ne vais pas m’auto-dénigrer. Ce livre ça fait longtemps que je voulais le faire. Beaucoup de gens espèrent sans pour autant provoquer le destin.
J’ai tenté, ça a marché. Si cela n’avait pas marché, j’aurais fait autrement !
D’autres auraient peut être laissé tomber. Donc, cette petite victoire je la garde pour moi.

Maintenant le plus dur reste à faire et là je suis encore trèèèèèèès loin de la victoire.

Mon idée est que vous puissiez me suivre dans cette aventure de reconstruction/ construction. J’ai comme beaucoup de personnes encore pas mal de blocages psychologiques je pense, qui me font très souvent douter.

Même si j’ai deux péquins qui suivront réellement ces épisodes et bien ce sera déjà bien. Si nous sommes plus et bien je serai encore plus enthousiaste !!!

Je signe donc ici, l’intro de cette nouvelle vie qui commence pour moi. Je vais rajouter une rubrique à ce blog et zou !

Si l’aventure vous tente, mettez moi vos commentaires et si vous pensez que cela peut motiver d’autres personnes à se lancer dans l’aventure de leur vie, partagez !

Suite à ma cagnotte en ligne et quelques économies je devrais prochainement pouvoir investir dans mon matériel vidéo.  Je pourrai ainsi interagir avec vous de manière plus spontanée et sympathique.

Je vous en dirais plus d’ici quelques temps sur mes avancées côté écriture, côté quête de liberté

A bientôt !

Pour ne rien louper abonnez vous au blog !
Vous recevrez les articles directement dans votre boite. 😉